Tous les lauréats

Stratégie Globale d'Innovation


Lauréats 2008

Max Vauché

MAX VAUCHE CHOCOLATIER

Maître Chocolatier
41250 BRACIEUX
«»

Connaissez-vous Quetzacoalt ? C’est un roi aztèque devenu dieu, associé au mythe du chocolat et qui est aujourd’hui aussi l’effigie de l’enseigne « Tout l’univers du chocolat ».
À Bracieux, aux portes de Chambord, Max Vauché a entièrement dédié cet espace au chocolat. C’est un lieu de production et de pédagogie où l’on découvre cacaoyers et cabosses, fourneaux
à chocolat du XIXe siècle et instruments de récolte mexicains, un film sur la vie d’un planteur en Côte d’Ivoire et un parcours initiatique pour mieux comprendre les secrets de la culture et
de la fabrication du chocolat. Max et sa chocolaterie sont aujourd’hui célèbres au-delà des frontières régionales. Les titres et les honneurs s’accumulent. Mais qu’est-ce qui fait courir
Max Vauché ? Les secrets du diamant noir…

Car, il était une fois un jeune apprenti confiseur-glacier parti faire son stage en Suisse chez un Maître Chocolatier. Il exerce un temps ses talents de pâtissier à Paris et dans les Ardennes,
mais succombe finalement à son irrésistible passion : celle du chocolat. Aussi s’installe-t-il à Blois, patrie du célèbre chocolatier Poulain, et ouvre sa Boîte aux Chocolats. Plaques,
bonbons, mais aussi tuilots, drapés, pavés du Roi… on vient de loin pour déguster les spécialités de Max Vauché !

Mais l’itinéraire du Maître Artisan Chocolatier ne s’arrête pas là. Membre de la Confédération des chocolatiers de France, il visite des plantations au Venezuela, au Mexique, en République
Dominicaine, en Équateur. Mais c’est dans le Golfe de Guinée, à Sao Tomé, dite l’Île chocolat, qu’il crée une coopérative réunissant douze planteurs et sélectionne des graines sèches d’un
cacao grand cru.

« Exigeant à l’extrême, à partir d’un nouveau parfum, j’imagine très vite un nouveau chocolat mais la difficulté est d’apprivoiser les arômes et de les combiner harmonieusement », raconte Max
Vauché, toujours prêt à s’engager dans de nouvelles aventures, pourvu qu’elles lui permettent d’approfondir sa passion. À ses apprentis ou aux élèves du concours Meilleurs Ouvriers de
France, il n’hésite jamais à rappeler que « gourmandise et solidarité sont deux mots qui vont si bien ensemble ».